Delfs, Rasmussen, Axelsen, la Sainte-Trinité Crédit photo : Yonex international

Delfs, Rasmussen, Axelsen, la Sainte-Trinité

Peter Gade, Poul-Erik Høyer, Morten Frost. Un seul mot pour les caractériser : légendes. Ils sont de ces joueurs qui marquent leur époque, de par leur style de jeu, leur précocité, voire parfois leur caractère ; et, souvent, la mémoire collective leur attribue des titres qu’ils n’ont pourtant jamais gagnés.

Car au Panthéon des joueurs danois, ce sont bien eux que l’on suspecterait tout naturellement d’avoir été sacrés champions du monde au cours de leurs prolifiques carrières : seule la prise de conscience que ces monstres sacrés ne sont jamais parvenus à décrocher l’or mondial permet de mesurer pleinement le caractère exceptionnel de la performance de Viktor Axelsen à Glasgow.

Néanmoins, dans l’histoire des championnats du monde de badminton, trois solistes masculins ont bel et bien réussi l’exploit de briser l’hégémonie asiatique. Viktor succède ainsi à deux de ses compatriotes : Flemming Delfs et Peter Rasmussen. Retour sur le parcours de ces trois hommes, héros du royaume scandinave à 20 ans d'intervalle.

Flemming Delfs, le père

Peter Rasmussen, le fils

Viktor Axelsen, l’esprit

Un avis ? Des questions ? N'hésites pas à les partager sur le forum ! Rejoindre le forum
Écrit par : Pierre Nassivera Mis en ligne le : 13/03/2019 Catégorie(s) : Competition Nombre de vues : 2119